Une recherche riche en résultats

La recherche tient une place majeure en Suisse et dans le canton de Vaud: la Suisse consacre 2,9% de son PIB en recherche et développement, l'un des plus hauts taux du monde.

Plus de deux tiers de cette recherche sont menés par l’industrie privée. La R&D occupe en Suisse près de 42'000 personnes, soit 1,3% de la population active (moyenne européenne: 1%). Près d’un tiers du personnel de R&D en Suisse est d’origine étrangère, attiré par le haut niveau des instituts du pays. La Suisse se place en effet au premier rang international du taux de citation par publication (1,7), mesure significative de l'impact scientifique d'un pays. Les échanges avec les centres de recherche étrangers sont également très poussés.

Cette importante activité de R&D soutient la compétitivité des entreprises installées en Suisse, notamment par des programmes de transfert de technologie bien développés.

Le canton de Vaud abrite certains des plus prestigieux centres de recherche européens, notamment dans le domaine des sciences de la vie. Vaud possède également des compétences de premier plan dans les micro- et nanotechnologies, les technologies de l'information et des communications, et les technologies liées à l'énergie et l'environnement (voir pôles de compétences).

La recherche dans le canton de Vaud bénéficie du soutien des autorités fédérales. Le Secrétariat d'Etat à l'éducation et à la recherche, responsable de cette tâche, dispose de deux instruments principaux pour encourager la recherche scientifique: le Fonds national suisse (FNS), qui soutient la recherche fondamentale et la relève scientifique, avec un budget annuel de près d'un demi-milliard de francs; et l'agence pour la promotion de l'innovation (CTI) qui encourage la recherche appliquée, le développement et le transfert de technologie.

De nombreux centres de recherche privés ou publics sont actifs dans tous les domaines liés aux sciences de la vie, à l'ingénierie et aux sciences des matériaux,  aux technologies de l'information et des communications et aux technologies alimentaires.