Daniel Borel
CEO
Logitech

«Si le canton de Vaud n'était pas attractif, nous ne serions pas ici ! Cette région a le potentiel d'être une prochaine Silicon Valley»

Comment expliquez-vous que Logitech, aujourd'hui leader mondial des périphériques et notamment des souris d'ordinateur, soit née dans le canton de Vaud en 1981?

Après mes études à l'EPFL de Lausanne, je suis parti faire un master en informatique à l'université de Stanford en Californie. A mon retour, j’ai contacté le professeur Jean-Daniel Nicoud, de l'EPFL, qui travaillait au développement d’un ordinateur graphique. Ses recherches sur la souris et son prototype ont été le point de départ de nos développements. Lorsque l'usage des interfaces graphiques et des souris s’est généralisé, dans les années 1980, Hewlet Packard nous a approchés car nous avions une technologie et un design de pointe. D’une certaine manière, l'EPFL a donc contribué à la naissance de Logitech. Elle demeure importante aujourd'hui, tout comme les HES techniques, en tant que réservoir d’ingénieurs de haut niveau. Ce sont les gens que vous engagez qui font la différence.

Logitech est une entreprise globale, avec des centres importants aux USA et en Asie. Quelles activités Logitech conserve-t-elle dans le canton de Vaud?

Nous disposons d’une forte base de recherche et développement, en plus des fonctions ventes et marketing, ressources humaines et finances qui servent la région Europe, ainsi que la holding de la société. En tant qu’entreprise internationale, nous nous implantons là où les ressources sont les mieux adaptées à nos besoins. Si le canton de Vaud n'était pas attractif, nous ne serions pas ici!

Quels sont selon vous les principaux atouts du canton de Vaud?

En ce qui nous concerne, c'est avant tout la qualité du personnel que nous pouvons recruter ici, et la qualité de vie de la région. C'est important de pouvoir attirer et garder des talents. Les infrastructures sont de qualité et les autorités ont une réelle volonté de soutenir les entreprises. Petit à petit, une masse critique d'entreprises high-tech se constitue et j’espère qu’un jour, l'arc lémanique deviendra une nouvelle Silicon Valley.

A titre personnel, quel est votre lien avec la région?

Je vis depuis longtemps entre les Etats-Unis et l'Angleterre, mais je reste très lié à cette région. Je crois au potentiel de l'arc lémanique, et à titre personnel, je soutiens activement certains projets innovants. Logitech est également active dans ce domaine et soutient le capital-risque dans la région par le biais d'un incubateur à l'EPFL.