© IOC Alexander Hassenstein

«Lausanne offre au CIO à la fois un cadre exceptionnel, une capacité d'accueil pour ses nombreuses réunions et une écoute attentive à nos besoins.»


Monsieur Bach, pouvez-vous nous dire ce qu’apporte au CIO son implantation à Lausanne ? Quels avantages y voyez-vous ?
La relation du CIO avec Lausanne est historique. C’est Pierre de Coubertin qui choisit d’installer le siège du CIO à Lausanne en 1915. A l’époque, la capitale vaudoise était garante de sécurité et de stabilité dans un monde en proie aux conflits.

Depuis, Lausanne continue d’offrir au CIO à la fois un cadre exceptionnel, une capacité d’accueil pour ses nombreuses réunions, un point de ralliement pour les fédérations et organisations sportives, et une écoute attentive à nos besoins.

Comment Lausanne se compare-t-elle à d’autres sites possibles dans le monde, notamment des grandes capitales ?
Lausanne a tout d’une capitale dans le sens où elle sait organiser des événements d’envergure, a une capacité d’accueil importante proportionnellement à sa taille, a une longue tradition de ville hôte pour les organisations sportives et offre un cadre de vie exceptionnel.

En tant qu’"étranger", comment vous êtes-vous senti accueilli dans le canton de Vaud, et comment vous y sentez-vous au quotidien ?
L’accueil des Lausannois et des Vaudois en général a été professionnel et chaleureux. Moi qui réside en moyenne 200 jours par an à Lausanne, j’y trouve un cadre de travail idéal au bord de l’eau, élément important pour un Belge comme moi amoureux de la mer et de la voile. Je me sens ici comme chez moi !